fbpx

Afrique-Sport/Voici une sélection d’athlètes africain(e)s à suivre en 2020

A quoi doit-on s’attendre en cette année 2020 de la part des athlètes africains ? Quels sont ceux parmi eux susceptibles de faire honneur au continent surtout pour les Jeux Olympiques de Tokyo 2020 ? Trouvez ici, une brève liste des sportifs africains qui pourront retenir les attentions durant les mois à venir.

Que ce soit en athlétisme, en boxe, en karaté, en tennis ou encore en taekwondo, le monde sportif va devoir compter avec les athlètes africains. Parmi eux, on peut citer le multi médaillé africain de taekwondo, le Nigérien Abdoulrazak Issoufou Alfaga, âgé aujourd’hui de 25 ans. Vice-champion olympique en 2016 et champion du monde en 2017, il n’a qu’un seul grand objectif pour 2020, réussir à décrocher la première médaille d’or des JO de l’histoire de son pays.

Oumar Kâne alias “Reug Reug”

La Tunisienne Inès Boubakri fait également parti de ces athlètes à suivre de près. Mais en attendant de la voir à l’assaut du titre olympique, l’escrimeuse doit d’abord décrocher sa qualification pour Tokyo. Inès Boubakri a été médaillée de bronze en fleuret aux mondiaux 2014, 2018 et aux JO 2016.

Silencieux en 2019 pour cause de blessure, le Sud-Africain Chad le Clos, élu nageur de l’année en 2018, est une valeur sûre de la natation africaine. Mais des doutes subsistent sur sa capacité à se remettre assez tôt pour se lancer à la conquête d’une troisième médaille olympique après Londres 2012 et Rio 2016.

Le boxeur Ilunga Makabu

La boxe sera très tôt à l’honneur déjà en ce mois de janvier avec le combat très attendu entre le Congolais Ilunga Makabu et le Polonais Michal Cieslak. Il s’agira d’un combat pour la ceinture de roi des cruiserweight ou des moins de 90,7 kilos version WBC. 

Toujours dans le registre des sports de combat, le karatéka algérien Lamya Matoub, médaillé d’or aux mondiaux 2017 et de bronze aux championnats du monde 2018, espère être de la partie à Tokyo pour la première apparition de sa discipline au programme des Jeux Olympiques. Mais bien avant de se lancer dans l’aventure des JO, Lamya Matoub sera aux championnats d’Afrique à Tanger du 7 au 9 février et aux championnats du monde du 17 au 22 novembre à Dubaï. Ses débuts dans le monde du MMA, à l’occasion de l’ARES Fighting  Championship 1,  a impressionné plus d’un. Star incontestée de la lutte sénégalaise, Oumar Kâne alias « Reug Reug » est également très attendu par les fans. 

L’Egyptienne Dina Meshref, considérée comme la reine du tennis de table sera belle et bien de l’aventure des JO à Tokyo. Mais, arrivera-t-elle à créer de la sensation ? C’est le wait and see car à Tokyo, la tâche s’annonce très délicate pour celle qui sera face à des pongistes expertes venues d’Asie avec la seule envie d’être au premier plan.


Dina Meshref la reine du tennis de table

2020 sera pour Pascal Siakam, l’année de confirmation. Joueur majeur des Raptors de Toronto avec lesquels il a remporté la NBA le basketteur originaire du Cameroun a obligation de résultats s’il veut demeurer parmi l’élite de la balle orange aux USA.

En athlétisme les regards seront tournés vers l’Ivoirienne Marie-Josée Ta Lou et le Burkinabé Hugues Fabrice Zango. L’objectif pour l’Ivoirienne à Tokyo, c’est de devenir la deuxième Africaine, après Mary Onyali en 1996, à monter sur le podium aux JO en 100 et 200 mètres. Etoile montante du triple-saut, Hugues Fabrice Zango espère rentrer dans l’histoire de son pays en étant le premier à remporter une médaille Olympique. Il a déjà fait le pas lors des Mondiaux 2019 à Doha.

Folly K.

Lire le précédent

Football / Cameroun : Karl Toko Ekambi intéresse L’Olympique lyonnais

Lire le suivant

Salade de papaye verte à la togolaise

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous à la newsletter

Chaque jour, l'essentiel de l'actualité dans votre boîte mail.

MERCI POUR VOTRE ABONNEMENT