Ajavon face à la justice: un message pour les amis de Talon?

0

Malgré sa relation avec le chef de l’État Patrice Talon, Sébastien Ajavon n’a pas été ménagé dans une affaire de drogue qui fait la Une au Bénin. Voici ce qu’en pense Wilfried Ahouassou, rédacteur en chef à CAPP Fm (Bénin).

Le magnat de la volaille au Bénin est privé depuis vendredi de sa liberté. Sébastien Germain Ajavon est retenu à la gendarmerie pour une affaire de drogue. Selon une source officielle, 18 kilos de cocaïne évaluée à 9 milliards de nos francs (CFA) ont été retrouvés dans un des containers de la société Common Cajaf dont l’homme d’affaires béninois est le propriétaire.

Du coup, il se pose la question de savoir si le roi du poulet serait aussi un trafiquant de drogue. Avant de devenir un captif, Ajavon au détour d’une conférence de presse, a déclaré être victime d’un coup monté. Il est vrai qu’en politique, tous les moyens sont bons pour déstabiliser l’adversaire, pour mettre à mal son vis-à-vis dès lors que ce dernier devient ou se révèle gênant. Cependant, il revient dans le cas d’espèce de prouver que ce qui arrive aujourd’hui à l’opérateur économique béninois est une pure machination. Il faut parvenir à comprendre comment 18 kilos de cocaïne ont pu se retrouver dans un des nombreux containers appartenant à l’entreprise Common Cajaf.

Si on s’en tient aux propos du patron des patrons béninois, on pourrait aussi se poser la question que voici : qui en veut à Sébastien Germain Ajavon? Seule la justice béninoise nous aidera à avoir la vérité dans cette rocambolesque affaire qui met en cause le roi du poulet Sébastien Adjavon. Faisons confiance à nos magistrats. Souvenons-nous en. Par le passé, face à l’affaire relative à l’empoisonnement dont on accusait l’actuel Chef de l’État, la justice béninoise a montré qu’elle sait rester au-dessus de la mêlée. Croisons les doigts, restons sereins et attendons le verdict de la justice en ce qui concerne cette affaire de drogue dont on accuse l’opérateur économique Sébastien Ajavon.

En attendant que la vérité se manifeste et que le droit soit dit, il convient de faire quelques observations qui à nos yeux paraissent pertinentes. La liberté n’est jamais une chose acquise définitivement. Elle se conquiert chaque jour que Dieu fait. Le mis en cause dans cette affaire de cocaïne n’est pas un simple citoyen. Ici, nous avons affaire à une personnalité du monde des affaires béninois. Sébastien Ajavon est le patron des patrons des entreprises au Bénin. Il est l’un des meilleurs barons du secteur privé au Bénin. Aux dernières élections présidentielles, le milliardaire s’était porté candidat. Contre toute attente, Ajavon a terminé troisième après le candidat Patrice Talon. Il a contribué fortement à l’avènement du régime de la rupture et du nouveau départ. C’est donc un “rupturien”, sinon un soutien de taille qui se retrouve aujourd’hui dans de beaux draps. Pour dire que ce n’est pas parce qu’on se réclame de la rupture ou qu’on est un proche du chef de l’État Talon qu’on est au-dessus de la loi.

La loi est dure certes. Mais elle ne fait pas de différence. Elle s’applique à tout individu, qu’il soit de la mouvance ou de l’opposition. Le fait que Sébastien Ajavon soit placé en garde à vue, malgré son appartenance à la rupture et ses accointances avec le président Talon, pourrait être interprété comme un avertissement que le premier des Béninois envoie à tous ses partisans et amis. Ce message pourrait se décliner en ces termes; citation “je ne suis pas prêt à vous défendre si vous avez maille à partir avec la justice. Débrouillez-vous pour laver votre honneur. Faites-tout pour montrer votre innocence dans tout ce dont on vous accusera”. Fin de citation. C’est ce à quoi devra s’atteler dès ce lundi l’opérateur économique Sébastien Ajavon.

 

Par Wilfried Ahouassou

Rédacteur en chef à CAPP Fm

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here