fbpx

Angola : 17 morts dans une bousculade, une enquête est ouverte

Deuil ! Le match de football Santa Rita -Recreativo do Libolo  que voulait suivre des milliers d’Angolais au stade du 4-Janvier (Nord-ouest du pays) a fait 17 morts. Ce vendredi 9 février marquait l’ouverture du championnat angolais.

 

A peine le match a-t-il débuté que des fans se pressent à la porte pour tenter de rentrer dans le stade. Beaucoup de personnes ont essayé de forcer le passage alors qu’il y avait la Police qui formait un cordon de sécurité sur les lieux.

« Au cours de la rencontre, il y a eu une bousculade à l’entrée du stade du 4 Janvier, provoquant la mort de 17 personnes tandis que 56 personnes ont été blessées et transportées à l’hôpital », a constaté le porte-parole de la police Orlando Bernardo.                                              

Une erreur de la Police ?

C’est ce que semble convenir les témoins et la plupart des Angolais. On estime que la Police aurait dû élargir le cordon de sécurité pour permettre pour éviter tout cela.

« Je voulais aller voir le match, mais quand je suis arrivé sur place, il y avait un grand dispositif policier. Ils ne voulaient pas savoir si on avait un billet ou pas. Ils ont tout simplement commencé à pousser les gens et, plus tard, ils ont même utilisé du gaz lacrymogène. Cela a fait en sorte que beaucoup de personnes sont tombées par terre et tout le monde voulant se sauver, ceux qui étaient au sol ont été écrasés. Moi je ne suis pas parvenu à rentrer dans le stade parce que l’incident s’est déroulé à l’extérieur. D’ailleurs, la grande majorité des personnes, voyant que quelque chose se passait, ont commencé à avoir peur de rentrer dans le stade. J’étais avec un ami qui, malheureusement, est mort sur place » a rapporté un témoin à nos confrères de RFI.

Une commission d’enquête est mise en place pour faire la lumière sur les causes de cet incident.

Nouroudine Akinocho

Lire le précédent

TOGO CELLULAIRE s’explique sur la régularisation des délais de validité des comptes

Lire le suivant

L’Afrique et sa diaspora: “Ton argent oui, tes idées non” !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *