fbpx

Basket-ball/Elhadji Tacko Diop Fall 2,31m, du Sénégal aux USA : La taille fera-t-elle la loi à la NBA?

Il sera l’une des attractions de cette présaison en NBA. Avec ses 2,31m  et ses 141kg, le jeune basketteur Sénégalais Elhadji Tacko Sereigne Diop Fall, âgé de 23 ans, vient de battre le record de taille détenu en NBA par le Chinois Yao Ming (2,21m). Il sera un élément important dans le dispositif défensif et offensif des Celtics de Boston.

Non sélectionné à la draft 2019, Tacko Fall signe tout de même un contrat de type exhibit 10 avec les Celtics de Boston. Il s’agit d’un contrat non garanti d’un an au salaire minimum qui peut évoluer en two-way contract avant le début de la saison régulière. En juillet 2019, il participe à la NBA Summer League avec les Celtics de Boston.

Son poids, 141 kg, ne représente pas un obstacle pour lui. Pour l’aider à se sentir plus à l’aise sur le tartan, il suit un programme afin d’être plus dominant dans la raquette et être plus physique dans les matchs de haut-niveau de la NBA.

Lire aussi: Togo/ Bawa Aliou l’athlète paralympique qui fait l’honneur d’un pays

Repéré pour sa taille, Tacko mesure 2,21 m à l’âge de 16 ans, Fall est mis en contact avec Ibrahima N’Diaye, dirigeant d’une académie de basketball à Dakar. A l’académie il apprend quelques bases, à manier le ballon et à tirer des lancers francs. C’est à cet âge-là que son ami Ange Badji et lui sont repérés par le jeune basketteur Ben Simmons. Aidé par la Fondation Ben Simmons Sports, il part en Amérique pour développer ses aptitudes à jouer au basket-ball en 2012.

Ses débuts au pays de l’oncle Sam ont été un peu plus compliqués car, la première académie devant les accueillir, la Christian Life Academy à Houston, dans le Texas a fermé ses portes peu après leur arrivée et les pousse à chercher un nouvel établissement. Fall reste quelques temps à Houston pour trouver une nouvelle école. Il y remporte le championnat de l’État avec la Charter House School Jamie.        

A l’expiration de son visa, commence alors un voyage à travers le pays dans l’illégalité pour Fall à la recherche d’une nouvelle école. Après le tour de plusieurs Etats c’est  au lycée Liberty Christian Prep (LCP) à Tavares en Floride que Fall a posé ses valises. Il va ainsi jouer ses deux dernières années de lycée sous le maillot de LCP.

Vous pourrez aussi aimer: Nigéria: A 8 ans elle remporte l’or au championnat d’Afrique de gymnastique

En Floride, Tacko Fall se révèle comme un étudiant brillant. En raison de sa taille et de son envergure, il est l’un des jeunes pivots les plus scrutés du pays. Sa mère adoptive contacte les équipes d’AAU de Floride pour que le Sénégalais joue dans une des équipes l’été. Le programme Each 1 Teach 1, lui répond positivement. Il joue également dans l’ISTI All-Stars Summer Travel Team et est invité au NBA Top 100 et à la Nike Skills Academy.

 À la fin du lycée, Tacko reçoit trente-six offres de bourses universitaires. Le pivot choisit finalement de s’engager avec l’université de Floride centrale à Orlando le 28 octobre 2014. Il joue avec les Knights d’UCF avec comme entraîneur-chef Donnie Jones au poste de pivot.                       

Malgré sa faible expérience sur les terrains, il est titulaire de 26 des 30 rencontres des Knights lors de sa première saison. Il va révéler ainsi ses talents de défenseurs avec 2,3 contres par rencontres en un temps de jeu moyen de 18 minutes et affiche une réussite au tir impressionnante avec 75% de tentatives réussies. Lors sa deuxième année, Fall devient le plus grand joueur du basket-ball universitaire américain avec 2,29 m. Le Sénégalais est scruté par les franchises NBA qui doutent de son énergie, de sa mobilité, de sa force et de son agressivité pour jouer dans la ligue professionnelle.

Hormis ses parents, Tacko vient d’une famille de grande taille, sa grand-mère était particulièrement grande, son frère cadet mesurait 175 cm à l’âge de 7 ans, deux de ses oncles mesurent 2,03 m.

Folly K.

Lire le précédent

Le Leadership Africa Summit de Lomé tient ses promesses ce samedi

Lire le suivant

“Shuka la danseuse sacrée” de Véronique Diarra

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous à la newsletter

Chaque jour, l'essentiel de l'actualité dans votre boîte mail.

MERCI POUR VOTRE ABONNEMENT