Burkina Faso / King Alfa : la musique n’a pas d’âge !

0

Il est jeune, mais il a l’ambiance dans le sang. Fils d’une chanteuse traditionnelle, c’est donc naturellement que ce jeune artiste maitrise sa scène du haut de ses 13 ans. Son tout premier clip « Samusement » est un coup de maître. Allons à la découverte de cette étoile montante.

Bonjour ! Qui est King Alfa ?
Je suis Ibrahim Alpha MAIGA. Je suis Burkinabé, élève en classe de 5ème. Je suis artiste chanteur.
Pour mon nom d’artiste, maman me parlait souvent des deux extrêmes de la vie : Alpha et Oméga. Alpha étant le premier et coïncidant bien avec mon nom, j’ai juste eu à simplifier l’orthographe en Alfa. Le King ne vient que confirmer ce que je veux être. King Alfa, non pour dominer, mais pour bosser dur et m’affirmer.

Dans quel genre musical excellez-vous ?
Pour l’heure je fais de l’ambiance facile ou de l’Afro Beat, la musique qui fait la une en Afrique de l’Ouest.

Vous avez 13 ans ! Dites-nous ce qui ou celui qui vous a motivé à faire de la musique ?
Ma maman fut une chanteuse traditionnelle. Je n’ai pas eu la chance de la voir prester, mais je crois que le virus m’a été transmis depuis le pacte ombilical.
Je suis influencé par le chanteur burkinabé Imilio le chanceux que j’aime surtout écouter.

Pensez-vous en faire carrière ?
Evidemment, je veux en faire carrière si la Nature m’accorde ses bénédictions.

Comment arrivez-vous à concilier musique et études ?
C’est si facile pour moi de combiner cahier et musique, car je suis soumis à un emploi du temps strict. Mon avenir en dépend.

Votre clip «Samusement» est un coup de maître ! Quel est votre secret ?
Merci pour votre appréciation du clip. Je dois d’abord dire merci à maman qui y a mis les moyens. Les amis et mes frères ont été un apport non négligeable. Je dois avouer que le réalisateur Tom Kent, le Togolais est à la hauteur de sa tâche et surtout à Tonton Yao Jah (Johnny) qui est resté méticuleux pendant le tournage. C’est fantastique !

Il est clair que vous êtes entouré d’une équipe talentueuse. Est-ce important pour la carrière d’un artiste ?
Ah oui ! Ils me sont très importants, car je suis moins expérimenté que ces derniers. Leur présence est du coup un atout. C’est une chance d’être entouré. C’est vraiment super !

«Samusement» est-il votre unique œuvre ?

Non ! Outre ce titre, j’ai aussi “Merci Maman” pour rendre hommage à toutes les mamans et “Joyeux anniversaire” pour donner plus de vie à la chose.

Selon une publication sur Facebook, vous êtes allé recevoir la bénédiction du chef traditionnel Poe Naaba. Quel est l’importance de cette démarche sur votre carrière ?
Oui, effectivement ici au Faso, les chefs traditionnels jouent un rôle très important dans la société. Ils détiennent le secret du savoir vivre. Je suis allé rencontrer Le Poe Naaba qui est aussi Ministre du Mogho Naaba et Naaba Kibaa afin qu’ils me prodiguent des conseils. Vous savez, avant d’entrer dans une cour, chez moi en Moore on dit Kabré kabré qui traduit le fait de toquer à la porte. Ici je suis allé dire Kabré kabré afin d’avoir le ticket d’entrée. Dès que le chef valide au nom des mânes de nos ancêtres, point d’inquiétude. Je peux me permettre d’être sûr de moi et avancer.

Poe Naaba et King Alfa

Y a-t-il des chanteurs africains qui vous inspirent ? Si oui lesquels ?
A mon âge, j’ai écouté très peu d’artistes. Mais à la télévision, je regarde, Oumou Sangaré du Mali, Flavour du Nigéria, DJ Kerozene de la Côte d’Abidjan et Yémi Aladé du Nigéria. Naturellement Mani Bella aussi !

Des projets en cours ?
Les projets ? Rien de grand à batailler pour le moment. Je suis entre le studio et l’école afin de finir mon album. Je ne suis pas pressé. Je suis trop jeune et la vie me doit encore et encore. J’y crois.

Lire Aussi: “Balancé”, quand Dieu s’invite dans le Rap Game

 

Avec quel(s) artiste(s) aimeriez-vous faire un duo si l’occasion vous était donnée ?
Un featuring ? Tout de suite je pense à Imilio du Burkina et pourquoi pas avec mon réalisateur et chanteur Togolais Dlema.

Au-delà de la musique quelle autre carrière pourriez-vous ou rêvez-vous embrasser quand vous aurez fini vos études?
J’aurais aimé devenir médecin. C’est un métier qui touche le cœur. Donner le sourire aux autres, c’est hautement de l’Amour.

Votre plus beau souvenir ?
Mon meilleur souvenir est mon premier jour en studio pour enregistrer « Merci maman ». C’était à la fois magique et stressant… Je ne peux pas oublier.

Votre plus grand rêve ?
Devenir médecin et partager la scène avec les grandes sommités de la musique africaine. C’est possible !

Quels conseils donneriez-vous aux jeunes qui rêvent d’une carrière musicale ?
Franchement, je les encourage. Mais attention, la vie d’un artiste n’est pas celle que la télévision nous montre. Il faut toujours un plan B. Les études ne doivent pas être négligées. A bon entendeur, salut !

Vos mots de fin ?
Je remercie vivement votre structure pour sa vitrine. Cela nous crée plus de visibilité et nous encourage. Merci MyAfricaInfos !

Merci King Alfa et bonne chance !
Merci à vous aussi !

Contacts de King Alfa
N° de téléphone (Manager) : (+226) 77 67 64 65 ou (+226) 63 23 66 66
Facebook : King Alpha

Interview réalisée par Essenam K²

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here