fbpx

Gabon/ Edna-Chelsea met Leyilab au service des entrepreneurs socio-culturels

Edna-Chelsea Babongui est une afro-optimiste qui œuvre pour le développement socio-culturel à travers son projet Leyilab, un laboratoire d’aide aux acteurs et entrepreneurs socio-culturels. De quoi est fait son parcours et quels sont les projets soutenus par Leyilab ? Elle nous en parle.

Bonjour Mme Babongui ! Qu’est-ce qu’un entrepreneur social ou culturel ?

Un entrepreneur social et culturel est une personne qui milite pour des meilleures conditions de vies en créant et/ou en accompagnant des concepts qui y concourent.

Vous-en êtes une vous-même. De quoi est fait votre parcours ?

Entrepreneure sociale et culturelle, mère de deux enfants, je suis une afro-optimiste réaliste, vêtue d’un panafricanisme intemporel. Je suis journaliste spécialiste société/culture. C’est du second volet de ma spécialité qu’est venue ma passion d’œuvrer concrètement dans le culturel.
Je suis donc la responsable de Leyilab qui signifie en langue locale Punu du Sud du Gabon, ‘’Viens voir’’.

Leyilab a donc été créé dans le but d’aider les entrepreneurs. Comment l’idée est-elle née et quels sont les contours de ce projet ?

Leyilab est un projet de vie ; un laboratoire d’idées en projets sociaux et culturels. Leyilab organise plusieurs activités au Gabon et dans la sous-région à savoir des consultations médicales dans les orphelinats à Libreville, des journées d’informations sur l’entrepreneuriat dans les écoles primaires des quartiers défavorises de Libreville.

Notons que Leyilab est parti d’un concept que j’avais imaginé “BLAR” : Booster le Leadership A la Racine. J’étais partie du constat selon lequel il y avait beaucoup de personnes talentueuses mais qui n’arrivaient pas au bout de leur projet car elles rencontraient des blocages provenant de leur propre personne.

En tant qu’entrepreneure sociale et culturelle, j’ai tout de suite compris que Leyilab devait s’appuyer sur des aspects sociaux et culturels pour se démarquer dans la matérialisation des projets que nous défendons. Puis l’invitation au global positive forum en 2017 à Paris (France) m’a fait réaliser que l’heure était arrivée de me plonger sur ce qui me représentait le mieux. Et ensuite Dieu a tout mis en place pour que Leyilab existe.

Des activités déjà réalisées ?

Nous avons co-organisé pour la première fois à Libreville la 1ère édition de la Journée internationale de la femme africaine au Gabon en 2017 à travers un défilé de mode avec Skiamoto Couture. Durant ce défilé, nous avions attiré l’attention sur les conditions de vie des femmes au Nord du Mali et dans le Sud Kivu entre autres.
Nous sommes également partenaire de la Foire Transfrontalière Annuelle de l’Afrique Centrale au Gabon.
Cette année, nous organiserons la deuxième édition du salon inter-communautaire sur le mariage coutumier.

Que propose le salon intercommunautaire sur le mariage coutumier ?

Le salon propose des conférences, des expositions, des ateliers de danses traditionnelles pour femme entres autres…

Quels sont les projets pris en compte par Leyilab ?

Leyilab soutient des projets ayant une portée culturelle et sociale ; culturelle en termes d’innovation, des projets porteurs dans le développement du Gabon et de l’Afrique, des projets à caractère éducatif véhiculant un message utile aux générations futures. Et pour cause, j’ai été faite porteuse d’initiatives pour les générations futures au Global Positive Planet en 2017 à Paris.

Quels sont vos moyens d’actions ?

Nous agissons dans des champs bien élargis à savoir : la communication, la recherche de partenariat, de mécénat, de sponsoring, de mentoring, etc.

Quels sont donc les conditions à remplir pour un entrepreneur qui veut bénéficier des services de Leyilab ?

Les conditions sont simples. Il faut avoir une idée claire sur son projet, et surtout penser social et culturel dans le sens où le projet que vous portez soit bénéfique pour la société en termes d’éducation, évolution….

Au-delà de l’entrepreneuriat, vous militez également pour le bien être des femmes. Pouvez-vous nous parler un peu plus de vos engagements ?

J’ai créé un mouvement révolutionnaire, “Afro’actives”, qui met en liaison des femmes afro, qu’elles soient afro descendantes ou africaines, ayant des projets porteurs pour le développement de l’Afrique.

Au Gabon, je suis membre du “Réseau Inter ‘Elles” qui est le cercle des femmes actives. Dernièrement, nous avons parrainé la formation de 50 femmes pour le secteur entrepreneurial dans le cosmétique, la fabrication d’accessoires et plus encore.

Actuellement, Leyilab travaille sur le mentoring des jeunes femmes des quartiers défavorisés du 2e arrondissement de la commune de Libreville afin de trouver un emploi leur permettant de sortir de la précarité.

Femme engagée dans le social et le culturel, vous êtes aussi maman. Comment arrivez-vous à concilier ces deux mondes ?

(Rires)!! Les enfants sont ce qu’il y a de plus réel dans la vie pour des parents. Je suis une Mumpreneure et j’en suis fière. J’ai une fille de 10 ans et un garçon d’environ 2ans. Ils sont ma source d”inspiration. Lorsque je veux abandonner, je pense à l’héritage d’un point de vue de mentalité (éducation), social, culturel que je dois leur laisser et cela me redonne la force de poursuivre mon projet.

Et bien qu’étant assez chargée, je garde toujours du temps pour mes enfants et mes proches.

Selon vous, de quoi sera faite l’Afrique de demain et quels seraient les moyens d’y arriver ?

Je considère l’Afrique comme une marmite en ébullition mais dont la préparation reste inachevée depuis plus de 50 ans, et c’est dommage.

Aujourd’hui, toutes les têtes pensantes africaines qu’elles vivent ailleurs ou sur le continent doivent se tenir la main. Aujourd’hui, nous sommes tous fiers du développement du Rwanda mais à côté la RDC est depuis plus de 20 ans instables. Tenons nous la main, ce serait déjà un bon début.

Un mot pour finir ?

L’Afrique est l’avenir du Monde. Soyons Unis !

Pour contacter Edna-Chelsea Babongui
Tel : +241 07 72 10 83
E-mail : ednachelsea.babongui@gmail.com
Facebook : Leyilab Leyilab

Essenam K²

Journaliste Web Responsable du site

Lire le précédent

Sénégal/ Coq’Rico : « tout est parti d’un commentaire sur Facebook » 

Lire le suivant

Togo / Le Bruit du Silence de Aphtal Cisse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous à la newsletter

Chaque jour, l'essentiel de l'actualité dans votre boîte mail.

MERCI POUR VOTRE ABONNEMENT