fbpx

Haltérophilie/Abdulhaki Olegbin alias «Olowo» une légende en devenir


Il multiplie les efforts pour faire partie des hommes les plus forts du continent et pourquoi du monde. Ikoudjor Abdulhaki Olegbin  alias «Olowo» se bat depuis des années pour élever son niveau en travaillant ses biceps ou encore son endurance. Ainsi en 2018 il a remporté le titre la compétition « Strong Man », en devenant l’homme le plus fort de l’Afrique de l’Ouest. Celui qui ambitionne de détrôner les grands noms de cette discipline a été 4e en Arabie Saoudite où il a pris part au mondial de caring.

Du haut de ses 32 ans, Ikoudjor Abdulhaki Olegbin  surnommé «Olowo» est une montagne de muscle prêt à surmonter tout obstacle pour être au sommet de son art. Et depuis presque 3 ans il est au-devant de la scène par le biais du concours Strong Man.  

Le public sportif amoureux des tablettes de chocolats et muscles saillants ont découvert cet homme en 2015. Date à laquelle Olowo a pris part au concours « Adja Totoa » (l’homme le plus costaud) qui est une panash de  powerlifting, couché soulèvement, squate et épaulé jeté. Malgré ses efforts il a fini, pour son premier essai dans la cours des grands, à la troisième place du podium chez les poids lourds. Suite à ce premier coup d’essai plus ou moins satisfaisant, Ikoudjor Abdulhaki Olegbin  s’est vite remis au travail. Il augmente ses heures d’entrainement malgré ses engagements extra sportifs. Il s’entraîne trois à quatre heures de temps par jour ceci juste après son retour de travail. 

En 2016, «Olowo» s’engage pour le concours « Strong Man » et cette fois ci il ne va pas passer à côté de sa cible. Revenu plus déterminé, Ikoudjor Abdulhaki Olegbin  a damé le pion aux concurrents en s’adjugeant la première place. L’année qui a suivi, 2017, il devient l’homme le plus fort du Togo en remportant la compétition Strong Man de l’année. Courant de la même année il a pris remporté la compétition Mass wresling stick puling dans la catégorie des poids lourds.

Toujours dans son élan de mieux faire, il va enchainer en 2018 avec un nouveau titre sur les rings de Strong Man. Contrairement à 2017 Ikoudjor Abdulhaki Olegbin  ne va pas réussir le doublé Strong Man- mass wresling stick puling. Au mass mass wresling stick puling de 2018, il a eu une contre-performance et s’est retrouvé à la deuxième place. L’année 2019 a démarré par le Mondial caring en Arabie Saoudite. Une expérience soldée par une 4e place.

Folly K.

Lire le précédent

A la rencontre de Didier OHIN: promoteur culturel, chargé de communication chez Toofan

Lire le suivant

Cameroun/ Nathalie Koah “renaît”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous à la newsletter

Chaque jour, l'essentiel de l'actualité dans votre boîte mail.

MERCI POUR VOTRE ABONNEMENT