InterRecruit : une association en appui à la pratique du sport professionnel en Afrique

0

Organisation à but non lucratif, InterRecruit a pour objectif de guider les athlètes en situation de précarité. Grâce à des bourses d’athlétisme, ces passionnés verront leur rêve se réaliser. La promotrice de cette organisation a accepté de répondre à nos questions.

Bonjour Madame ! Qui est Mayou ?
Je me nomme Mayou Sadietou Biguedenam. Je suis Togolaise et je vis aux États-Unis d’Amérique (USA) depuis 2010. Actuellement, je suis en formation option Relations Internationales et diplomatie à l’université de EUCLID ; New York. Cependant, j’ai plusieurs formations dont un Master en Business Administration.

Vous êtes également tenniswoman. On aimerait en savoir un peu plus sur votre parcours !
En 2003, j’ai décidé de jouer au tennis après avoir regardé le tournoi de Roland Garros à la télévision un samedi. Le match opposait la Française Marie Pierce et l’Américaine Jennifer Capriati. C’était la première fois que je voyais le jeu et je m’y étais immédiatement intéressée. La semaine qui a suivi, j’ai mis ma meilleure jupe et mes baskets, j’ai demandé à ma sœur aînée où trouver des endroits où je pouvais jouer au tennis. Elle m’a dit d’aller à “Hôtel Kara” parce qu’elle avait vu des gens y jouer de temps en temps, mais elle m’avait prévenue en disant que le tennis était pour les riches et de ne pas avoir l’espoir d’être acceptée.

L’hôtel Kara était à un peu plus d’une heure de marche de chez moi, alors j’ai décidé d’y aller pour apprendre à jouer au tennis. Après une longue promenade, j’étais arrivée sur les terrains de tennis toute transpirante et j’avais demandé aux entraîneurs, Anatol et Adje, si je pouvais jouer au tennis. Ils se sont portés volontaires à m’apprendre à jouer. Ainsi, je marchais pour aller m’entrainer tous les mercredis après l’école, les samedis et les dimanches. J’aidais les membres en ramassant des balles, puis avec les entraîneurs et parfois avec d’autres enfants qui voulaient également apprendre,je jouais. En voyant notre détermination et l’amour qu’on portait au tennis, le président du club de tennis Mr. Kao Sylvain a décidé de créer gratuitement une petite école de tennis pour nous ; une initiative qui m’a aidé à relever mon niveau. La première raquette que je possédais je l’ai gagné lors d’un tournoi, c’était un moment de fierté pour moi.

À la suite du lancement d’une sélection de la Fédération Togolaise de Tennis des jeunes joueurs qui pourraient participer au circuit junior en Afrique de l’Ouest, je me suis bien entrainée pour pouvoir être sélectionnée. Arrivée à la finale et j’ai été recrutée pour rejoindre l’équipe nationale. Je m’étais donc relocalisée dans la capitale avec le soutien de mes parents et j’ai eu plus de possibilités de m’entrainer avec les entraîneurs nationaux, Agbo, Eric et Dovi. Chaque été, nous voyagerons dans des pays d’Afrique de l’Ouest et jouerons à des circuits juniors. Quand j’ai atteint 18 ans, je ne faisais plus partie de l’équipe parce que j’ai été considérée comme senior. Pour voyager et jouer à des tournois, je donnais des leçons privées aux membres du club et parfois ramassais des balles. Certains membres étaient très généreux et m’aidaiens parfois à payer mes voyages et mon écolage. Les choses n’étaient plus aussi faciles, j’étais au collège et essayais de faire des tournois en même temps. Des entraîneurs comme Anthony Gakpo et Diego Ramirez m’ont aidé à améliorer mon jeu en me donnant des leçons de tennis gratuitement. Mon point de rupture est venu quand j’ai dû voyager, par voie terrestre, pendant une semaine du Togo au Sénégal pour jouer à un tournoi. Le voyage a été trop long et c’est là j’ai tout remis en question. Après ce voyage, j’ai décidé de me concentrer sur mes études et de laisser le tennis.
Venir aux États-Unis d’Amérique était un rêve depuis que j’étais toute petite. Après de nombreuses tentatives infructueuses de venir étudier aux États-Unis, un de mes amis appelé Salif Kante m’a contacté pour des occasions de bourses d’études. Avec son aide, j’ai postulé au collège Georgia Perimeter à Atlanta en Georgie. Quelques mois plus tard, j’ai été finalement bénie avec une bourse de tennis pour étudier au Georgia Perimeter College. Deux ans plus tard, Dieu m’a encore béni avec une autre bourse pour aller à l’une des meilleures universités chrétiennes du pays : Southeastern University (SEU).

Vous êtes responsable de InterRecruit. Pourquoi avez-vous créé cette organisation ?
Pendant que je jouais et faisais de la compétition à différents niveaux pour mon université, je ne pouvais pas oublier les nombreuses opportunités que Dieu m’avait accordées. Dieu a mis dans mon cœur le désir de donner une chance aux enfants moins fortunés et talentueux en Afrique et InterRecruit fut créé.
En regardant en arrière, je ne peux pas m’empêcher de me sentir désolée pour tous mes amis qui sont très talentueux, mais qui n’ont pas eu les mêmes opportunités que moi. Il y a beaucoup d’enfants talentueux en Afrique qui n’ont pas encore été découverts ou n’ont pas eu l’opportunité d’obtenir une éducation et de montrer leurs talents sportifs au monde. InterRecruit a pour but de découvrir ces jeunes talents et de bien les guider.
Dans la Bible , 1 Pierre 4 :10 , il est dit ceci: “Comme chacun a reçu un cadeau, utilisez-le pour servir les uns les autres, en tant que bons intendants de la grâce variée de Dieu.” J’espère que grâce à mon organisation, Dieu donnera l’occasion à tous joueurs talentueux en Afrique d’obtenir des bourses d’études et aussi de devenir des professionnels.
L’Afrique est bourrée de talents. Je veux que la jeune génération sache qu’elle peut utiliser son talent athlétique pour payer ses études en Amérique et créer un bel avenir pour elle et sa communauté.
Quand je vois que les talents ne sont pas utilisés ou que mes jeunes frères africains abandonnent l’école avec tous les talents qu’ils ont, ça me fait mal. C’est donc un élan du cœur qui m’a poussé à mettre en place cette structure que je ne gère pas seule.

Parlez-nous de InterRecruit ! Quels en sont les objectifs et les moyens d’actions ?
InterRecruit est donc une organisation à but non lucratif visant à guider les athlètes défavorisés à recevoir une éducation collégiale abordable grâce à des bourses d’athlétisme. Les sports inclus sont le tennis, le football, le basketball, le volleyball, la piste et le cross-country. Nous donnons du matériel de sport usagé ou neuf et offrons un soutien financier aux personnes dans le besoin.
La mission principale d’InterRecruit est de sensibiliser sur l’éducation abordable en utilisant des talents athlétiques en Afrique. Avoir cette opportunité de s’éduquer en utilisant la capacité athlétique est une bénédiction et contribue au développement de notre société en Afrique. L’éducation peut être coûteuse et la plupart des enfants doivent abandonner l’école si leurs parents se retrouvent dans l’incapacité d’en payer les frais. Plus particulièrement, le mariage précoce des jeunes filles les oblige à quitter les bancs d’école trop tôt.

Vous touchez là un point très important dans la vie des personnes talentueuses mais qui ne connaissent pas de porte de sortie. Comment InterRecruit arrive-t-elle à réaliser ses promesses ?
InterRecruit veut briser cette chaîne de désespoir et offrir des opportunités à ces enfants qui ont la chance d’avoir du talent athlétique mais qui n’ont pas les moyens de payer leurs études. Donner une bourse à un enfant en Afrique affecte toute sa communauté car il montre aux autres qu’il y a un espoir de succès. Une fois qu’un enfant reçoit une bourse d’études pour assister à un service universel aux États-Unis, il donne l’exemple à sa famille et à ses amis. Il encourage d’autres enfants talentueux à travailler dur et à rester à l’école parce que de meilleures opportunités peuvent surgir comme dans son cas. Cela permet de redonner de l’espoir dans ce mélange de pauvreté et de manque de soutien.

Ces bourses sont-elles gratuites ?
En réalité, donner une bourse d’athlétisme n’est pas une voie à sens unique pour ces étudiants. Une fois qu’ils sont acceptés, ils contribuent grandement à leur communauté aux États-Unis en faisant du bénévolat dans les endroits où ils seront jugés utiles.
Depuis que je suis arrivée aux États-Unis, je ne peux pas compter le nombre de places que j’ai offerte et je suis toujours prêt à aider ma communauté. Beaucoup d’étudiants-athlètes africains encadrent les enfants dans leurs communautés, les entraînent et s’impliquent dans des activités pour améliorer leurs quartiers. Les athlètes du monde entier, en particulier dans les pays pauvres, ne sont pas conscients des possibilités de bourse pour obtenir une éducation gratuite et de qualité.
InterRecruit s’adresse à ces athlètes et est prête à les aider à trouver des universités désireuses de les recruter pour obtenir des bourses.

Au-delà de la formation, de la sensibilisation et de l’octroi de bourses, vous faites également des dons d’articles de sport. Quels sont les pays qui bénéficient de vos dons ?
Dans la majorité des cas, nos dons de matériels sont composés d’équipement de basket, de tennis, d’athlétisme, de football, de volleyball,bourses etc. Nous n’avons pas de pays spécifiques auxquels nos actions sont destinées.
Nos dons sont uniquement destinés aux pays africains. Et pour recevoir un don, tout ce que vous avez à faire est de demander. Lorsque nous avons de l’argent disponible pour l’expédition, nous vous l’adressons. C’est aussi simple que cela !

Au Togo, votre pays d’origine, la pratique du Tennis comme activité sportive n’est pas encore très développée. Comment comptez-vous intéresser les pratiquants ou encore les autorités ?
Nous voulons faire savoir aux gens qu’avec le tennis, ils peuvent payer leurs études et voyager dans le monde. Ils peuvent ainsi représenter leur communauté et aussi construire un grand avenir. Il est donc important que les autorités qu’elles soient togolaises ou venant d’autres pays d’Afrique s’accordent à soutenir les initiatives de ce genre.

Comment arrivez-vous à récolter les dons ?
La collecte des dons n’est pas toujours chose facile, mais grâce à une équipe dynamique qui œuvre jour et nuit pour la réussite des activités d’InterRecruit, nous arrivons à faire le nécessaire. Toutefois, pour toucher les donateurs, je passe souvent par mes propres relations, la page Facebook de la fondation, ma propre page Facebook, les amis de tennis, les clubs/centres d’entrainements et des écoles/universités Américaines.

Avez-vous un avis à lancer à l’endroit des donateurs, ou des autorités des pays bénéficiaires de vos actions ?
Il faut soutenir nos actions afin de nous aider à donner plus de bourses aux jeunes athlètes.

Un mot pour finir ?
Je tiens à remercier mes collaborateurs directs dont Omar Folega, Directeur du programme au Togo, Abdoul Mayou assistant général, Péré Kipaalu Piyabalu chargé des activités et Emmanuella Adongatou secrétaire générale. Ensemble nous pouvons redonner de l’espoir à ceux qui en ont perdu.

Merci à vous pour ce moment d’échange !
Merci à MyAfricaInfos!

Contacts de Mayou Sadietou Biguedenam
Tel. : (001)561-374-4881
E-mails: Sadietou.mayou1@gmail.com / interrecruitsports@gmail.com
Facebook: https://www.facebook.com/InterRecruit-Foundation-791610697517735/
https://www.facebook.com/sadia.mayou?lst=647323169%3A1142207229%3A1528182794

Propos recueillis par Essenam K²

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here