Ce mois de novembre 2018 est le mois le plus sombre pour les étudiants africains en France.C’est devenu une lapalissade depuis les indépendances truquées : la France veut l’Afrique sans les Africains. Après les Africains émigrés, son gouvernement s’en prend à présent à nos étudiants.


Et pourtant, cette France du mensonge et de la duplicité nous a toujours clamé, la main sur le cœur, que Français et Africains francophones étaient frères et sœurs en francophonie. “Communauté de destin”, “Afrique, avenir de la francophonie” et autres conneries du genre sont les slogans de l’enfumage politique. De Giscard d’Estaing à Macron en passant par les truands politiques Mitterrand et Sarkozy, cette France de la haine a toujours rendu la vie difficile aux étudiants de ces anciennes colonies. Par exemple, à partir des années 1970, elle a interdit aux étudiants africains de travailler pour financer leurs études, contrairement à leurs camarades français. Or les jobs de ces jeunes gens très instruits n’avait aucune incidence sur le marché du travail ou le chômage. Pure mesquinerie. Méchanceté gratuite. Avec l’arrière-pensée puérile qu’une vie de galère en France les dissuaderait d’y rester après leurs diplômes.

Effectivement, les étudiants africains dont les parents ne sont pas riches, souffrent beaucoup en raison du grand écart des revenus et du niveau de vie entre l’Europe et l’Afrique.

Pour ne pas être en reste, par rapport aux turpitudes de ses prédécesseurs, le très médiocre Macron, qui a osé insulter le ventre des femmes africaines, a choisi la voie démagogique et criminelle de la surenchère. Il vient de multiplier par plus de 15 les frais d’inscription des étudiants africains dans les universités publiques françaises ! Ces frais passent de 170 euros a 2 700 euros ! Il faut le faire! Aurait-il le courage de faire la même multiplication cruelle avec les étudiants français ? C’est une façon déguisée de chasser notre jeunesse estudiantine.

Dans beaucoup de pays d’Europe, c’est devenu une mode de s’en prendre aux Africains. Les éternels boucs émissaires. Pourquoi toujours les Africains ? Ils sont des proies idéales, le maillon faible sur qui l’on peut taper sans risques de crises politiques. Les gouvernements africains, par lâcheté et indifférence, se fichent complètement du sort de leurs ressortissants. On a lynché les étudiants africains en Chine, qui s’est plaint ? On lynche et viole nos ressortissants en Inde, quel gouvernement africain a protesté ?

A l’heure où les partis néo-nazis prennent le pouvoir presque partout en Europe, se font entendre des discours racistes et haineux qui soustraient l’Africain de l’humanité. Un abruti comme le clown Sarkozy a même osé affirmer, du gouffre insondable de sa cancrerie, que les Africains n’étaient pas encore entrés dans l’histoire ! Quand un grand pays comme la France s’inflige des dirigeants aussi médiocres, elle s’humilie aux yeux du monde.

Cette négation imbécile d’une évidence – notre humanité – qui leur crève les yeux, doit pousser nos peuples à entreprendre une lutte sans merci contre nos pires ennemis, non pas les Européens, mais nos dirigeants indignes et maquereaux des intérêts occidentaux. C’est leur gouvernance calamiteuse qui pousse notre jeunesse et une partie significative de nos forces vives au désespoir, au suicide programmé de la traversée du désert et de la mer impitoyables. La plupart de ceux qui restent sont livrés à l’arnaque des sectes, à l’obscurantisme, à la misère et à la démocrature.

Ce malheur extrême d’avoir toléré des dirigeants véreux, mafieux et qui se comportent comme des gangsters, n’a été possible qu’avec la complicité des élites dont les tares principales sont l’opportunisme, le carriérisme, le mensonge, la corruption et la trahison. Cette trahison est celle de leurs propres principes d’abord, celle du peuple ensuite. D’aucuns les traitent d’intellectuels tarés. C’est une erreur. Un vrai intellectuel ne saurait être taré, étant entendu qu’il fait partie des gens les plus éclairés de la société. Ne confondons pas intellectuel et diplômé ! A preuve, je ne connais aucun intellectuel au Togo qui s’acoquine avec le pouvoir fasciste Rpt/Urine. Trouvez m’en un seul !

Pourquoi aucun gouvernement africain du pré carré français n’a protesté contre cette mesure discriminatoire ? Le Togo des Gnassingbé est muet comme une carpe. A quoi sert l’Organisation internationale de la francophonie de merde ? Un proverbe de chez nous résume parfaitement notre situation pitoyable: “C’est quand le mur est fissuré que les lézards passent à travers”. Lorsque nos dirigeants ne se respectent pas, comment peut-on nous respecter à l’extérieur ? Je n’ai pas entendu des partis politiques de notre continent protester, ni les sociétés civiles, d’ailleurs. Et pourtant, la diaspora est le mot à la mode !

Le grand défi des peuples africains opprimés, est la guerre non déclarée contre eux par deux ennemis cruels et corrompus que sont notre canaille politique dirigeante et la finance internationale représentée par les dirigeants des puissances impérialistes.

Après le rejet des migrants comme des pestiférés, c’est le tour des étudiants africains d’être jetés à la mer par la France mafieuse, coloniale et colonialiste.
Vive la francophonie de merde !

Ayayi Togoata APEDO-AMAH

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here