fbpx

Ghana/ David Adjaye et le musée de la culture afro-américaine

Né en Tanzanie, le Ghanéen David Adjayé est une pièce maitresse de l’architecture contemporaine sur le plan mondial. Il a fait l’histoire avec la construction du musée de la culture afro-américaine à Washington.

 

Fils d’un diplomate ghanéen, David Adjayé n’a pas vraiment connu le Ghana dans son enfance. Né en Tanzanie le 22 septembre 1966, le jeune Adjaye a un parcours atypique. Après avoir vécu en Égypte, au Yemen et au Liban, la famille s’installe à Londres où David fera la majeure partie de ses études architecturales.

La South Bank University de Londres l’accueille et le forme pour la maitrise avant qu’il ne poursuive sa formation sous la coupole des maitres architectes à l’instar de David Chipperfield et Eduardo Souto de Moura. En 1993, il obtint son diplôme de fin de formation au Royal College of Art et remporte la même année la médaille de bronze de la compétition annuelle du ROyal Institute of British Architects.

Pour David Adjaye, l’architecture est un moyen “d’élever l’expérience humaine”. Il fonde en juin 2000 le cabinet Adjaye Associates qui participera à plusieurs réalisations architecturales à travers le monde. Chargé de la construction du Centre du Prix Nobel à Oslo en 2005, le cabinet Adjaye décroche la même année le contrat de la réalisation des Magasins d’idées de Tower Hamlets à Londres. Toujours en 2005, il écrit sont tout premier livre intitulé: “Les maisons de David Adjaye: Recyclage, Reconfiguration, Reconstruction. En 2007, il exécute le contrat de la construction du Musée d’art contemporain de Denver.

Connu et reconnu à travers le monde, David Adjaye a su conquérir son secteur par la force et la beauté de son travail. Le cabinet du Britannico-Ghanéen sera en 2012 l’un des cabinets sélectionnés pour la construction du Musée d’Histoire et de la Culture Afro-américaine inauguré par Barack Obama en septembre dernier à Washington. L’architecture de ce bâtiment est à l’image de la triple couronne qu’arborent les statues représentant les divinités Yoruba.

Nouroudine Akinocho

Lire le précédent

L’Amant surnaturel de Mamadou Lamine Sanokho

Lire le suivant

Pénétration internet : le Nigeria mène la cadence en Afrique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *