Ce dimanche 30 septembre a vu décerné au Festival des Francophonies à Limoges, le « Prix RFI Théâtre » à  l’auteur béninois Sedjro Giovanni Houansou. Son texte « Les inamovibles » qui parle du retour impossible des émigrants dans leur propre pays d’origine, a convaincu le jury présidé cette année par la comédienne Firmine Richard, qui a distingué « un texte fait d’éclats, d’histoires humaines qui décalent la question de l’exil et de la migration ». La présidente du jury saluera «une écriture très singulière, où tous les registres dramaturgiques sont explorés, un texte fait d’éclats, d’histoires humaines qui décalent la question de l’exil et de la migration».

Avec pour objectif la promotion de la richesse des écritures dramatiques contemporaines francophones du sud et particulièrement des jeunes auteurs écrivains en français, le « prix théâtre RFI » est une occasion pour les écrivains africains de se voir propulser dans leur carrière par le soutien professionnel et financier ainsi que médiatique de RFI (Radio France Inter) et ses partenaires. Dans le détail, le lauréat bénéficiera d’une dotation financière attribuée par la SADC (La Société des Auteurs et Compositeurs Dramatiques) , de l’organisation de plusieurs résidences en France notamment une première à la Maison des Auteurs de Limoges et au Théâtre de l’Aquarium avec le collectif « A mots découverts », financée par l’Institut français ; ainsi qu’une résidence de travail au plateau suivi de lectures publiques au Centre dramatique national de Normandie-Rouen, sans oublier une promotion du texte et une mise en ondes sur les antennes de la radio RFI .

Joie et fierté sont donc les sentiments de cet auteur de 31 ans qui a, dit-il, travaillé très dur et pendant plusieurs années pour décrocher ce prix. Il lui aurait d’ailleurs fallu postuler trois fois de suite pour enfin se voir honorer de ce prix. « C’est super important pour moi. Cela va certainement marquer toute ma vie», affirmera-t-il. Comme quoi il ne faut jamais baisser les bras du premier coup.

Les Inamovibles explore le monde actuel, ce monde « où les hommes ont perdu l’humain en eux » ; ce monde où on rejette les immigrants tels des lépreux et où ces derniers au final, pour revenir chez eux traversent un autre périple plein de souffrance et d’incertitude.

« Je voulais aborder l’immigration sous l’angle : ok, vous avez échoué dans votre quête de partir. Mais qu’est-ce qui se passe quand vous avez envie de revenir chez vous ? Même si on les aide à revenir ou donne de l’argent pour se reconstruire chez eux, est-ce qu’ils reviennent “entiers” ? Est-ce qu’il n’y a pas une partie d’eux qui reste quelque part ? »

L’auteur continue en disant : « Pour moi, ce n’est pas vraiment l’histoire d’un échec…C’est l’histoire de sentiments et de ressentiments. Les sentiments des personnes qui sont parties et le ressentiment, la colère des jeunes en Afrique qui pensent – à tort ou à raison – qu’il faut qu’ils partent. C’est aussi une partie de ma colère à moi. J’ai envie que les gens puissent aller d’un coin à l’autre, librement, sans être bloqués par les frontières tant physiques que spirituelles ou par le rejet des autres. ».

A 31 ans, Sèdjro Giovanni Houansou a à son actif plusieurs textes dont « 7 milliards de voisins » (2012) et « La rue Bleue » (2016).

Rappelons que cette année est la cinquième édition du le « Prix Théâtre RFI ». En  2014 la première édition a récompensé « Chemin de fer » de l’auteur  Congolais Julien Mabiala Bissila, la deuxième en 2015 a récompensé l’auteure libanaise Hala Moughanie pour « Tais-toi et creuse », en 2016 le Guinéen Hakim Bah était à l’honneur avec  « Convulsions » et en 2017 « La poupée barbue » du Camerounais Edouard Elvis Bvouma a été primé.

Bon vent au nouveau lauréat et force à la littérature africaine.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here