fbpx

QBZ : une compétition de danse urbaine exclusivement féminine !

Pour la première fois au Togo, une compétition de danse urbaine est organisée exclusivement à l’attention des groupes de danse féminins. Il s’agit de Queen’s Battle Zone (QBZ), une organisation de l’agence évènementielle Royal Group.

En vue de nous apporter plus de détails, la promotrice de la compétition, Mademoiselle Marie Hélène a interagi avec un de nos rédacteurs. Nous vous proposons de lire la conversation.

Myafricainfos.com : Bonjour Mademoiselle Marie et bienvenue sur notre site.

Marie Hélène : Bonjour et merci pour l’opportunité qui m’est offerte de partager avec vos lecteurs ce qu’est le projet QBZ.

D’où provient l’idée d’organiser une compétition de danse réservée uniquement au genre féminin ?

L’initiative est née du constat que les femmes, au Togo, sont peu représentées dans un mouvement qui est en vogue, à l’échelle mondiale. Étant moi-même une danseuse urbaine et contemporaine avec de l’expérience sur le terrain, il était donc pertinent pour mon agence, ROYAL GROUP, de créer une plateforme permettant d’encourager les groupes féminins existants et de susciter des vocations, par le biais d’une compétition de danse.

Etes-vous vraiment convaincue qu’une telle compétition pourrait constituer véritablement la force motrice derrière l’augmentation du nombre de femmes dans le domaine de la danse urbaine ?

Absolument ! Etant donné que la grande partie de l’attention du public est souvent portée sur les hommes, les femmes se retrouvent plus ou moins marginalisées alors qu’elles ont plein de choses à offrir. Si elles ont une plateforme où tous les regards sont tournés vers elles, elles se sentiront encouragées et en conséquence, cela constituera pour elles, de la motivation.

Pourquoi le nom ‟Queen’s Battle zone“ ?

Ah ! Le nom (sourire). Il y a une explication derrière chaque mot qui le compose. D’abord, dans le contexte de la danse, particulièrement la danse urbaine/hip-hop, les « face-à-face » sont désignés par le terme ‟Battle”. Nous considérons la scène comme la zone où se font les ‟Battle”. Et pour finir, toutes les femmes qui ont le courage de monter sur scène et montrer leur savoir-faire sont spéciales comme des reines d’où le mot ‟Queen”. Littéralement, on a donc « zone de bataille des reines ».

Parlez-nous maintenant des petits détails que les lecteurs qui voudront prendre part à cet évènement devraient avoir.

Le rendez-vous, c’est le 14 Avril à la Blue Zone de Cacaveli à 15 heures. Et surtout, l’entrée est libre et gratuite.

 

Il y a quoi à gagner pour les danseuses et spectateurs qui y seront ?

Une somme totale de 200.000 francs CFA est à gagner et sera partagée entre les trois meilleurs groupes par ordre de mérite. Pour ce qui est des spectateurs, ils s’offriront un spectacle aussi bien inédit qu’original et profiteront également des prestations musicales.

En tant qu’organisatrice, quelles sont vos attentes ? Qu’est ce qui fera votre satisfaction ?

Essentiellement, Je veux que le public soit présent, parce que je suis convaincue que les filles feront des choses éblouissantes et il faut que les gens viennent voir. Surtout, les hommes sont invités ! On veut bien avoir la saveur masculine dans l’audience pour que ce soit complet.

Entrée libre, êtes-vous en mesure d’assurer la sécurité de tout le monde ?

La sécurité est primordiale, nous en sommes conscients. Heureusement pour nous, notre partenaire à la Blue Zone de Cacaveli, a une infrastructure moderne, équipée et sophistiquée. En plus, nous serons, non pas à plein air mais dans une salle, ce qui rend plus favorable l’assurance de la sécurité par le personnel de sécurité.

Vos derniers mots.

Merci à vous qui avez rendu possible cette conversation et merci à tous nos sponsors qui contribuent à la réalisation du projet.

J’espère vivement voir vos lecteurs le 14 Avril et j’aimerais leur laisser nos contacts.

Facebook, Instagram et Twitter à l’adresse @Royalgrouptg.

E-mail : Royalgrouptg@gmail.com Tel : (00228) 98 13 39 35 / (00228) 22 41 17 28.

Nouroudine Akinocho

Lire le précédent

Plus de filariose au Togo: la prévention continue

Lire le suivant

Madie Foltek, une scénariste togolaise qui a beaucoup à donner !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous à la newsletter

Chaque jour, l'essentiel de l'actualité dans votre boîte mail.

MERCI POUR VOTRE ABONNEMENT