Connue sur Tweeter sous #AdjoEdwige, elle est la première ambassadrice de la Jeunesse pour le compte d’Unicef au Togo. Elle est aussi blogueuse et très suivie sur les réseaux sociaux pour son engagement et les principes qu’elle véhicule à travers son blog et ses messages. Nous l’avons joint pour essayer de mieux vous la faire connaître.

Bonjour Adjo Mensah ! Vous êtes une jeune Maman, blogueuse et pourtant très active sur les réseaux sociaux. Comment faites-vous ?

Bonjour et merci pour l’intérêt que vous portez à ma personne !
(Rires) je fais comme tout le monde. J’utilise les Réseaux Sociaux à une certaine fréquence.
Juste qu’on peut dire que j’ai assigné une mission à l’usage que j’en fais. De ce fait, je passe par ces canaux pour partager mes réflexions et impressions sur beaucoup de sujets qui me tiennent à cœur et/ou qui attirent mon attention.

Vous êtes très engagée en ce qui concerne le bien-être de la jeune fille, surtout celles qui ont connu la maternité assez tôt. Dites-nous ce qui vous a poussé à embrasser un tel combat.

J’ai toujours été passionnée par l’engagement.
Déjà toute petite je disais que je devais faire le droit pour défendre les enfants et les femmes vulnérables.
En grandissant, les situations de la vie m’ont donc orienté vers les filles parce qu’aujourd’hui c’est un maillon de la population qui a besoin de soutien, de conseils et d’orientation pour avancer. Et je me focalise plus sur les jeunes mamans parce que j’en suis une moi-même et cette réalité a changé ma vie dans tous les sens du terme, autant sur le plan personnel que professionnel.

Autour de moi, bien avant ma propre expérience j’avais vu aussi des cas qui pour certains ou sinon la plupart ne sont pas bien soldés. Pour des raisons liées autant à elles-mêmes, aux géniteurs, aux familles, à la société etc.
Alors je me suis dit qu’il fallait lever le voile sur cette réalité qu’on voit chaque jour mais dont on ne parle jamais.

Pour moi c’est important qu’on puisse regarder autrement ces jeunes mamans, et qu’elles-mêmes puissent également porter un regard d’amour et d’admiration sur leur personne pour avancer et continuer à poursuivre leurs rêves et ambitions.
Disons que la stigmatisation dont j’ai été victime étant enceinte m’a tellement choquée que cela a créé un déclic en moi.

Nouvelle “Ambassadrice de la jeunesse de l’UNICEF pour le Togo” ; qu’implique pour vous cette nomination honorifique ?

Un honneur et un véritable défi ! Ce n’est pas facile quand on fait de vous la représentante de la jeunesse de tout un pays auprès d’une telle organisation.
La jeunesse est le présent et le devenir de ce pays. Donc il me faut faire preuve d’encore plus de maturité et de responsabilité pour mener à bien cette nouvelle mission de sorte que cette jeunesse puisse par ma voix exprimer ses inquiétudes et y trouver des solutions adéquates.

Et c’est encore plus pesant dans la mesure où je suis la première jamais nommée pour cette mission.
Néanmoins, je compte sur mes paires et je sais qu’elles seront là pour que nous puissions réfléchir ensemble pour dégager un plan d’actions qui puisse répondre à nos préoccupations.

Le statut d’ambassadrice est-il temporaire ? Combien de temps durera votre mandat?

Mon mandat durera un an. L’âge limite est de 24 ans. Une nouvelle ambassadrice ou un nouvel ambassadeur sera donc nommé en Novembre prochain.

Néanmoins, pour ce qui est du statut, je pense qu’il devient une mission perpétuelle au-delà du terme du mandat. C’est une cause pour laquelle, on s’engage une fois pour toute afin de contribuer un tant soit peu à l’amélioration des conditions de vie des jeunes.

L’on vous voit souvent faire la promotion d’un concept ; “Mumpreneur”. De quoi s’agit-il ?

C’est un concept qui est né en Angleterre, et ensuite a fait son chemin vers la France et peu à peu en Afrique.
Je ne fais que le vulgariser pour attirer l’attention des jeunes mamans et de la communauté sur certains faits existants.
Le concept “MumPreneur” est né du fait qu’à un certain moment, beaucoup de structures n’acceptaient pas vraiment les mamans en entreprise (nous savons ce que c’est).
En somme, “MumPreneur” , pour dire Maman et Entrepreneur, met en avant la maman qui a elle-même son activité génératrice de revenus. Le plus souvent ce sont des femmes qui sont à leur propre compte, ce qui leur permet d’allier le temps à accorder à leurs enfants et à leurs boulots.

Néanmoins aujourd’hui, ce concept à varié et s’applique à toutes les mamans qu’elles soient fonctionnaires, entrepreneures, salariées etc, du moment où c’est une maman qui se bat et s’occupe.
D’aucuns diront qu’il n’y a rien d’extraordinaire à cela car nos mamans l’ont toujours fait.

La nuance c’est que beaucoup de jeunes filles une fois devenues mamans ne retournent plus à l’école, perdent confiance en elles-mêmes ou ne poursuivent plus leurs rêves. Pour d’autres encore, il leur est difficile de trouver du boulot et de pouvoir le concilier avec les activités de maman pour telles ou telles autres raisons.
Elles abandonnent donc et deviennent avec leurs enfants des charges pour leurs familles.

A ces femmes, le concept “MumPreneur” vient mettre la lumière pour leur dire que c’est encore possible. Ce n’est pas une fin en soi mais le début d’une nouvelle vie si elles le veulent et se donnent les moyens.

Il y a quelques jours, vous avez organisé le « Forum des MumPreneur ». Quel en était le but? Et quel bilan dressez-vous?

La cible principale visée par cette première expérience du “Forum des MumPreneur”, c’étaient les jeunes mères célibataires afin qu’elles puissent écouter, profiter des conseils, et qu’elles puissent se faire accompagner afin d’éviter de se retrouver dans les mêmes situations que nous aujourd’hui.
Toutefois le forum a été ouvert à tous. Des jeunes filles aux mamans en couple ou au foyer vivant aussi des situations très difficiles et ayant besoin d’un espace pour se restaurer et se ressourcer, sans oublier les hommes.

A propos de ces derniers, il était important qu’ils puissent nous accompagner et qu’on soit tous au même niveau d’informations pour que la communauté soit plus vivable pour tous et que la gente masculine puisse aussi prendre ses responsabilités.

Un autre objectif de ce forum était qu’il devrait nous permettre de récolter des fonds pour faire des dons aux enfants nés prématurément au CHU Sylvanus Olympio (Ex CHU Tokoin, Ndlr) et aux jeunes mamans qui sont à la prison civile de Lomé.

Toutefois, même si ce dernier but n’a pas vraiment été atteint, cette première édition placée sous le thème : S”informer pour s’épanouir et impacter, fût un succès. Ce fût également l’occasion de faire découvrir à la communauté le projet d’un centre de réinsertion, de formation et de prise en charge des jeunes mamans ou non, sans oublier les hommes pour qui nous mettrons en place des programmes spéciaux.

Par ailleurs, nous avions également mis en place le jour du forum un espace pour enfant afin de permettre aux mamans présentes de pouvoir suivre tranquillement les activités. L’instauration de cet espace pour les enfants fut l’idée ingénieuse de Elodie Lawson-Placa.

Comment peut-on soutenir l’organisation du « Forum des MumPreneurs » pour les prochaines éditions ?

En effet, ce forum est prévu pour être organisé chaque année. Et donc, pour le soutenir, nous sommes ouverts à toutes les propositions. Que ce soit des accompagnements en vivres, en formations, appuis matériels et financiers, etc.

Nous avons besoin de tout cela puisque nous devons faire un suivi continuel. Mais aussi pour avoir le centre dont nous avions parlé tantôt, il nous faut en amont acquérir un terrain pour l’y implanter.

Avez-vous eu des appuis externes pour la réalisation de ce premier forum ?

Nous avions eu des engagements spontanés, des gestes de cœurs venus de partout. Même si nous n’avons pas eu d’appuis financiers comme prévu, nous sommes énormément reconnaissants pour toutes les bonnes volontés qui nous ont accompagnées et celles qui leur emboiteront le pas.

Au-delà de votre activité de bloggeuse, ne vous est-il jamais arrivé de penser à écrire un roman afin de partager un peu plus vos expériences avec le public ?

Effectivement, c’est l’un de mes rêves d’enfant. Écrire des romans (Rires). J’y songe depuis un moment et j’espère qu’en 2019 cela se fera.

Néanmoins, je ne veux pas me presser car je veux rester fidèle à ce qui me lie à ma communauté et donc bien penser ce roman ou ce recueil d’histoires avant de l’écrire pour garder cette même harmonie et symbiose entre mes lecteurs et moi.

Merci Edwige!

Merci Myafricainfos pour tout ce que vous faites!

Pour contacter Adjo Edwige Mensah
Tel : +228 90 56 35 29 / +228 96 97 71 16
E-mail : Edwigemensah2012@gmail.com
Facebook : Edwige Adjo Mensah
Twitter : Edwige Adjo Mensah (@AdjoEdwige)
Blog : www.wigeblog.com

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here