fbpx

Togo/ Entre les mots et la musique, l’Arctiviste Elom 20ce s’engage à l’éveil des consciences !

Direct et très pragmatique, Elom 20ce est de ces rares artistes qui, bien que n’ayant pas eu le parcours facile, s’engagent à aider les autres et à éveiller le meilleur en chaque Âme qui croise son chemin. Dans cet entretien, vous allez découvrir le sens et la portée de son engagement.

Bonjour l’Africain d’origine togolaise ! Vous avez l’art dans la peau. Qui est Elom 20ce ?

Elom 20ce est un rappeur, panafricaniste, réalisateur, producteur, designer, cogneur d’invisible etc. Je suis avant tout un être humain, un fils, un père, un frère. Je suis né à Lomé au Togo au début des années 80. Je crois en l’humain et travaille à mon échelle à l’édification des Etats-Unis d’Afrique. Je milite au sein de la Ligue Panafricaine Umoja pour ce faire.

Cogneur d’invisible ?

Oui. Quelqu’un qui a la foi nécessaire pour matérialiser une pensée. Il y a des choses qui habitent l’invisible et ont besoin d’être réveillées dans le visible.

Vous êtes l’un des rappeurs togolais, qui a mis haut la barre en ce qui concerne votre visibilité. Vous avez collaboré avec des collectifs et groupes aussi bien nationaux qu’internationaux. Quel est votre secret que vous aimeriez bien partager avec le public ?

Je ne sais pas si j’ai mis la barre haute. La musique pour moi c’est le partage. Quand tu vois comment les gens jouent à la musique dans les villages etc. Oui, j’aime le partage dans la musique. Secret ?  Il n’y en a pas. Il faut travailler, créer des ponts. Quand les opportunités se présentent, être prêts à les saisir.

Après votre Maxi « Légitime Défense » en 2010 vous avez sorti « Analgézik » en 2012. Quelle est la particularité de ces deux productions ?

Des lyrics sociopolitiques et introspectifs sur des beats fiévreux. Analgézik n’est que le prolongement de Légitime Défense.

En décembre 2015, est sorti « Indigo », votre dernier album. On peut y trouver des collaborations avec des artistes de renom comme Pépé Oléka, Oxmo Puccino ou encore Le Bavar du groupe La Rumeur. Quel est le titre phare de cet album et de quoi parle-t-il ?

Chaque titre a sa place sur cet album. J’ai dit beaucoup de choses à travers les 16 titres qui sont dessus.  Je suis curieux d’avoir votre avis sur les titres et sur celui qui vous le plus marqué.

Effectivement dans le titre « Evangile selon les Indigènes » vous parlez des conseils de votre maman qui vous demande d’honorer son nom et du côté éphémère de la vie elle-même. Selon vous, est-ce un message que beaucoup comprennent ?

La question doit être adressée à mes auditeurs. Même si je pense qu’ils comprennent. J’ai eu des retours sur ce morceau. J’ai voulu faire le clip pour lui donner plus de visibilité. Aujourd’hui quand un morceau n’a pas de clip, il est comme inexistant. Le clip sortira peut-être un jour. Il a été réalisé à Bamako. Et pour revenir à votre question en toute franchise, j’espère que les gens comprennent. Mon devoir à moi est de peindre le « tableau ». Pas à vouloir l’expliquer à tout prix. Ceux qui doivent comprendre comprendront. Quand j’ai sorti le clip du morceau Sôssignalé, une amie m’a écrit inbox pour me dire qu’elle n’avait pas compris. Des mois plus tard, elle m’a écrit à nouveau pour me dire que c’est un chef d’œuvre. Tout n’est qu’une question de perspective. Le but est de faire passer un message, interroger, partager sa pensée. Le but n’est pas de plaire, plaire à tout prix !

Parlant de votre mère, vous avez indiqué dans une interview accordée à Pierrette Ekoima, que l’image sur la pochette de INDIGO était bien la photo de votre maman. Pourquoi avoir choisi d’utiliser sa photo ?

Parce que je voulais l’honorer de son vivant. J’aurai pu faire un morceau comme « Dear Mama » de Tupac ou « Mama Lova » d’Oxmo, mais j’ai voulu aller plus loin. Aussi, c’est pour dire que nos mères sont de véritables stars. Elles méritent d’être sur les pochettes d’album. Elles font plus que ces gens que nous considérons comme des vedettes, des stars, etc. Ce sont des faiseurs de miracles nos mères. Ce sont des combattantes qui ne sont pas en treillis. Indigo est un album militant. Ma mère est une guerrière, une combattante. Et il y a d’autres raisons. Mais, on ne pourra pas tout dire ici.

Le hashtag #AMEWUGA accompagne presque toutes vos publications ces derniers mois. Que mijotez-vous ?

C’est le titre de mon prochain projet. C’est un mot en Ewé qui veut dire « l’Être humain a plus de valeur que les biens matériels ». Be ready !!!

Au-delà du rappeur que vous êtes, vous êtes un personnage engagé dans l’éveil de l’Afrique par rapport à ses valeurs. Pourquoi et quel est la portée de cet engagement ?

Je suis Africain. Donc tout ce qui se rapporte à l’Afrique m’intéresse. L’Afrique est un continent où existent beaucoup d’inégalités et d’injustices, beaucoup d’opportunités et de richesses. L’Afrique est convoitée par tout le monde. Elle est prisonnière d’une élite qui la martyrise.  On a le choix entre la soumission ou la résistance. Je pense que l’Africain(e) vivra mieux si l’Afrique est unie.

Il vous arrive souvent de dénoncer des faits socio-politiques. De cet engagement, certains vous pressentent une déviation politique. Que pourrez-vous répondre à cette intention que l’on vous prête ?

C’est leur avis. Je le respecte.

Nous le respectons également ! « Arctivism », est un concept qui vous tient beaucoup à cœur. Expliquez-nous ce qu’il embarque et sa portée !

Arctivism aura 10 ans cette année. Il est né pour permettre aux Africains, aux jeunes en particuliers, de revisiter leur histoire à travers nos grands hommes et femmes. C’est un projet qui permet de réunir des Africains qui se battent tant sur le continent que sa diaspora de personnes qui pensent l’unité africaine. Plus techniquement, c’est un triptyque : Projection documentaire, discussion débat/conférence, puis concert /art. C’est un projet itinérant qui voyage de pays en pays, de villes en villes, de villages en villages. En 10 ans, nous avons organisé 32 chapitres.

Qui sont les acteurs qui vous soutiennent dans ce voyage au sein du concept « Arctivism »

Nous et nous-mêmes. Une armée de fourmis.

Pour vous, les Etats-Unis d’Afrique c’est aujourd’hui ?

Ce n’est pas encore le cas. Mais beaucoup de choses se font dans ce sens. Afrika iz da prezent est un morceau dans lequel je rappelle que l’Afrique c’est maintenant. C’est à nous de la bâtir. Aujourd’hui certains pays européens disent clairement que « l’Afrique est notre avenir. » On dirait que les Africains eux-mêmes n’en sont pas conscients.

Au Togo et en Afrique de façon plus élargie, nombreux sont ces jeunes qui vous emboitent le pas dans le monde du rap. Sans faire de comparaison quel regard portez-vous sur leurs prestations ?

Il y a beaucoup de choses qui se font. Il y a du talent. Mais je pense qu’il manque de profondeur dans les lyrics. Ce n’est pas propre ni au Togo, ni à l’Afrique. C’est l’époque.

Tout récemment, vous avez participé au géant évènement « Ma Rue Ma Musique » organisé par la talentueuse Elisabeth Apampa à travers son association Sourire Ensemble. Que vous inspirent ces genres d’évènement en tant qu’un artiste engagé ?

Ce projet est dédié aux enfants de rue. Les enfants c’est le futur. Etre un artiste sur scène c’est bien, mais je pense qu’on a plus d’impact quand on s’investit sur le terrain.

Le week-end du 29 juin, vous étiez en Côte d’Ivoire dans le cadre de la 6e édition du Festival Afropolitain Nomade à Abidjan. Racontez-nous l’expérience !

Le Festival Afropolitan Nomade est un projet monté par Veeby, une artiste camerounaise. Ce fut une très belle expérience. De belles rencontres. Des Artistes de partout d’Afrique, d’Amérique et d’Europe. Abidjan est reconnue pour être doux. Ce voyage m’a réconforté dans l’idée que l’Afrique ne dort pas.

D’autres projets à venir ?

Beaucoup de projets sont sur le feu. Internationaliser la marque ASRAFOBAWU. Sortir de Lomé et de Paris où elle commence à se faire connaître. Aller vers d’autres horizons. L’album AMEWUGA arrive avec une série d’autres projets. Les 10 ans d’ARCTIVISM se prépare. On continue de défendre l’album Vulnérâmes d’Antonya David Prince, sorti sous le label Asrafo Records. Je participe à l’exposition LOME+ où je présente une série documentaire qui met en lumière des habitants de Lomé qui professent l’imminence d’impossibles éthiques et positifs. Et bien d’autres choses encore (rire)

Nos lecteurs seront heureux d’avoir de vos nouvelles très bientôt. Quel message avez-vous pour la jeunesse africaine en général ?

Don’t Agonize, Organize ! Ne nous lamentons pas. Organisons-nous !

Un dernier mot ?

UMOJA NI NGUVU (L’union fait la force en Swahili).

Interview réalisée par Essenam K² en collaboration avec Dieudonné Amouzouvi

Essenam K²

Journaliste Web Responsable du site

Lire le précédent

Tunisie/ Djerba au cœur de son bal d’art lumineux

Lire le suivant

Togo/ À la découverte des candidates de Miss Malaïka 2019 (1ère partie)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *