fbpx

23 Combats, 18 victoires, 7 K.O… / Parcours d’Issouf kinda, du Burkina-Faso aux USA

Couronné Champion du monde en boxe (World Champion) par le « World Professional Boxing Federation » aux Etats-Unis d’Amérique en 2017, deux fois Champion en boxe dans la catégorie poids léger de l’Etat de New York (New York State Light Welterweight), Issouf Kinda 31 ans est un brave fils du Pays des Hommes intègres, le Burkina Faso en Afrique de l’Ouest. Après le titre de vice-champion d’Afrique en 2007, le brillant boxeur part s’installer à Bronx dans l’Etat de New York au USA, d’où il multiplie les exploits. Son parcours, ses combats, son pays et ses perspectives, Issouf nous fait l’honneur d’une interview à cœur ouvert.


Présentez-vous à nos lecteurs s’il vous plait !
Je me nomme Issouf Kinda, je suis un boxeur Burkinabé vivant au Etats Unis.

Comment avez-vous réalisé que vous étiez doué pour la boxe ?
La boxe est venue naturellement en moi, sinon mon rêve était de devenir footballeur. mais vu que mon père était un ancien boxeur alors il m’a initié à ce sport depuis tout petit.

Dites-nous un peu sur votre parcours du Burkina-Faso natal aux Etats Unis d’Amérique !

J’ai fait tout d’abord les combats éducatifs, puis les combat amateur au Burkina-Faso. Par la suite j’ai été choisi parmi les deux meilleurs de ma catégorie pour représenter mon pays aux Jeux Olympiques de Pékin en 2008. Mais avant d’aller à Pékin, on est allé pour un stage en Tunisie. De là,  on sortait faire des combats internationaux un peu partout en Europe et en Afrique. c’est comme ça j’ai été vice champion d’Afrique à Madagascar, puis  je me suis retrouvé aux Etats Unis pour le championnat du monde.

Quel est votre palmarès ?
Je suis à 23 combats, 18 victoires dont 7 K.O (knock-out).
Je suis champion de New York, champion du monde de ma catégorie par la World Professional Boxing Federation (WPBF)

Comment travaillez-vous pour être si performant ?
je m’entraîne dure matin, soir avec mon staff technique.

Sur une échelle de 10, où vous-classez-vous par rapport à votre rêve de carrière ?
Je me place à 9 par rapport a mon rêve de carrière.

Vous affirmez votre fierté d’être un fils d’Afrique et surtout du Burkina-Faso. Pensez-vous que c’est réciproque ?

Pour le moment il y’a rien du coté des Fédérations. je compte seulement sur le soutien de ma famille et de mes fans. Mais je reste toujours ouvert.

Est-ce vrai que la Côte d’Ivoire et la RDC ont tenté de vos naturaliser pour les représenter ?
Oui, pas seulement eux, il y’avait d’autre pays africain et même les Etats Unis.

Comment avez-vous géré ce geste ?
J’aime mon pays le Burkina Faso et je suis fier d’être Burkinabé. pour cela je ne pourrai en aucun cas combattre au nom d’un autre pays que le Burkina-Faso. c’est une mission pour moi de rehausser le nom du Burkina-Faso partout dans le monde.

Votre prochain combat c’est pour quand ? ( des détails sur le combats, date, lui et le nom de l’adversaire)
Rien n’est encore décidé à ce sujet. vous serez les premiers a être informés dès que la date sera retenue.

Avez-vous des relations avec des boxeurs de votre pays d’accueil, les USA ?

Oui, j’ai des relation avec beaucoup de boxeurs africains et américains ici.

Quel boxeur africain vous a le plus inspiré ?
Mohamed Ali, j’ai même reçu le surnom “Bombayé” par mes fans américains

Y-a-t-il un cadre de collaboration et de solidarité entre les boxeurs professionnels d’Afrique ?
Oui il y a une certaine collaboration et de solidarité entre nous. j’aide beaucoup de boxeurs a trouver des combats en Afrique.

Avez-vous des projets pour la boxe africaine/ Burkinabé ?

J’ai récemment ouvert un club de boxe au Burkina Faso précisément a Banfora. Ou je forme des jeunes boxeurs. Voila je suis prêt a partager mes expériences avec les jeunes.

Un conseil à un jeune Africain qui rêve de devenir boxeur ?
je vais seulement l’encourager, le demander de travailler dur et ne jamais rien lâcher malgré les difficultés qu’il va croiser.

Quelle est votre vision pour l’Afrique en général ?
Ma vision est de voire la boxe ce développer par tout en Afrique comme c’est le cas au Ghana.

Un dernier mot ?
j’aimerais d’abord remercier  Dieu pour ce qu’il fait pour moi, ensuite remercier “MyAfricaInfos”,  vous en particulier et enfin je remercie ma famille et les fans des quatre coins du monde pour leurs soutiens.

Essenam K²

Journaliste Web Responsable du site

Lire le précédent

Togo / 7ème Edition de EPP N’houm : le remake des journées récréatives d’antan, c’est pour bientôt !

Lire le suivant

Football/ Deuxième Coupe nationale pour les Nigérianes d’Amazones de Nasarawa

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous à la newsletter

Chaque jour, l'essentiel de l'actualité dans votre boîte mail.

MERCI POUR VOTRE ABONNEMENT