fbpx

Santé/ Le gingembre : ses vertus et utilisations

Connu pour ses vertus, le gingembre est très utilisé en Afrique, que ce soit pour traiter des maladie ou maintenir une bonne santé ou même pour rehausser le goût des plats en gastronomie.

Dans cet article nous allons parler des composantes du gingembre, ses propriétés et ses bienfaits sur la santé humaine.

Depuis fort longtemps, le gingembre est utilisé comme épice dans nos cuisines, et sa consommation soulage différents maux tels que les rhumatismes, les nausées, le rhume et les maux de tête.

En effet, ce petit tubercule à la saveur agréable qui donne un goût spécial à nos mets, a plusieurs bénéfices pour la santé. Composé essentiellement d’une quarantaine d’antioxydands, le gingembre protège le corps de plusieurs dommages causés par des radicaux libres.

Il est un véritable allié pour le bien être de l’organisme humain. Qu’il soit consommé cru, ou cuit, il protège grâce à ses antioxydants contre les maladies cardiovasculaires, de certains cancers et d’autres maladies liées au vieillissement.

Sa consommation stimulerait aussi la sécrétion de la bile, et l’activité de bon nombre d’enzymes digestifs pour une bonne digestion après le repas.

PRINCIPES ACTIFS ET PROPRIÉTÉS

ANTIOXYDANTS

Un antioxydant (AOX) est une molécule qui ralentit ou empêche l’oxydation d’autres substances chimiques à leur contact. L’oxydation fait partie d’une réaction d’oxydoréduction qui transfère des électrons d’une substance vers un agent oxydant.

Les antioxydants protègent les cellules du corps des dommages causés par les radicaux libres. Les radicaux libres sont des molécules très réactives qui seraient impliquées dans le développement  des maladies cardiovasculaires, de certains cancers et d’autres maladies liées au vieillissement.

Dans le gingembre, une quarantaine de composés antioxydants ont été découverts. Certains d’entre eux peuvent même être résistants à la chaleur et se libéreraient durant la cuisson, ce qui pourrait expliquer l’augmentation de l’activité antioxydante du gingembre cuit. Quand il est moulu, le gingembre se situe au troisième rang quant à son contenu en antioxydants parmi plus de 1 000 aliments analysés.

Le gingembre frais possède aussi une forte activité antioxydante comparativement à d’autres légumes et épices qui font partie du quotidien africain. Après une trentaine d’analyses effectuées, le gingembre, ainsi que le curcuma, la menthe, la coriandre, le brocoli et les choux de Bruxelles, se sont faits classer dans les quatorze végétaux frais les plus fortement antioxydants.

GINGEMBRE, AIL ET OGNON

En consommant du gingembre avec de l’ail ou de l’oignon ou avec les deux à la fois, on peut créer une alliance entre leurs différents composés antioxydants. Ce qui leur permettrait de surpasser leurs effets antioxydants individuels.

Les principaux composés actifs responsables du goût piquant du gingembre frais sont le (6)-gingérol et le (10)- gingérol . Leurs propriétés anti- inflammatoires et antioxydantes sont bien connues et leur potentiel anticancer est démontré in vitro. Une récente étude a démontré un effet prometteur du gingembre comme agent thérapeutique dans le traitement du cancer de la prostate.

Quand le gingembre perd sa fraîcheur, les gingérols se convertissent en composés nommés shogaols . Ces composés se retrouvent donc en plus grande quantité dans le gingembre séché ou en poudre que dans le gingembre frais. Une étude démontre aussi que les shogaols pourraient protéger les cellules d’un composé impliqué dans le développement de la maladie d’Alzheimer. Les effets des différents composés antioxydants isolés du gingembre ont été observés in vitro ainsi que chez l’animal. Ce qui reste à démontrer chez l’humain.

NAUSÉES ET VOMISSEMENTS

Plusieurs études ont évalué l’effet antiémétique (la capacité de prévenir ou d’arrêter les nausées et les vomissements) attribué au gingembre. D’abord, deux études révèlent que la consommation de 0,5 g à 1,5 g de gingembre en poudre (sous forme de capsules) pourrait être efficace pour traiter les nausées et les vomissements durant la grossesse . De plus, une méta-analyse récente démontre que 1 g de gingembre en poudre (sous forme de capsules) serait plus efficace qu’un placebo pour prévenir les nausées et les vomissements après une chirurgie.

1 g à 2 g de gingembre en poudre équivaudraient à environ 10 g de gingembre frais. La consommation de gingembre pourrait prévenir les nausées et les vomissements reliés au mal des transports, mais les preuves sont encore insuffisantes pour conclure à une efficacité probante . À ce sujet, deux études n’ont pas vu d’effet antiémétique à la suite de la consommation de gingembre frais . Les gingérols et les shogaols contenus dans le gingembre joueraient un rôle dans l’effet antiémétique, en agissant entre autres sur la réduction des mouvements de l’estomac.

INFLAMMATION

Les propriétés anti-inflammatoires de certains constituants du gingembre sont reconnues depuis fort longtemps et sont bien documentées in vitro. Parmi les composés connus, mettons principalement les gingérols dont les effets bénéfiques ont été également observés chez l’animal, mais aussi les shogaols et les paradols qui exerceraient leurs effets par différents mécanismes d’action.

Chez l’humain, la consommation de gingembre a démontré des résultats prometteurs quant à la diminution des douleurs reliées à l’arthrite (quelques études seulement, réalisées à partir de gingembre frais). Par contre, les résultats de ces études sont difficiles à comparer, étant donné les différentes préparations et quantités de gingembre utilisées (de 0,5 g à 50 g de gingembre par jour). Davantage d’études sont donc nécessaires avant de conclure à un effet réel de la consommation de gingembre frais sur la prévention et le traitement des douleurs liées à des troubles inflammatoires chroniques.

DIABÈTE

Une récente étude scientifique rigoureuse a démontré un effet bénéfique de la consommation de 3 g de poudre de gingembre pendant 8 semaines chez des individus atteints de diabète de type 2. En effet, l’extrait de gingembre diminuerait les valeurs de glycémie à jeun et d’hémoglobline glycquée en plus d’améliorer la résistance à l’insuline.

NUTRIMENTS LES PLUS IMPORTANTS

MANGANÈSE

Le gingembre moulu est une excellente source de manganèse pour la femme et aussi pour l’homme, leurs besoins en ce minéral étant différents. Le manganèse agit comme cofacteur de plusieurs enzymes qui facilitent une douzaine de différents processus métaboliques. Il participe également à la prévention des dommages causés par les radicaux libres.

CUIVRE

Le gingembre cru est une source de cuivre. En tant que constituant de plusieurs enzymes, le cuivre est nécessaire à la formation de l’hémoglobine et du collagène (protéine servant à la structure et à la réparation des tissus) dans l’organisme. Plusieurs enzymes contenant du cuivre contribuent également à la défense du corps contre les radicaux libres.

Recette à base du gingembre, de la citronelle, du clou de girofle, d’aloès et du citron bio

Faire un thé au gingembre avec de la citronnelle, de clous de girofle et d’aloès dépourvu de ses épines, y presser 1 citron bio puis laisser les tranches du citron s’infuser un peu, ajouter si possible, du miel (pur) prévient et guérit efficacement le rhume.

Ce thé permet aussi une bonne circulation sanguine et libère l’organisme de plusieurs toxines, puis, combat l’insomnie. En cas de maux de tête ou de la migraine, faire ce thé et boire. Très efficace!

A la prochaine !

Yawo K. M.

Lire le précédent

Côte d’Ivoire/ Une médaille d’or de plus pour Alidou Diamoutene

Lire le suivant

BÉNIN/ Bawa Abdel Djalil, un espoir assuré pour le football béninois

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous à la newsletter

Chaque jour, l'essentiel de l'actualité dans votre boîte mail.

MERCI POUR VOTRE ABONNEMENT